Small-screen-header

Blog

Les gestes techniques

ASCENSION

Savoir renoncer. Changer d'objectif s'il y a d'autres cordées engagées sur le même itinéraire ou bien se décaler : Exemple : un glaçon de 50cm qui chute de 100 m peut balayer le pied de la cascade sur 30m !
Repérer les difficultés (passages délicats pour anticiper les protections ou contourner le passage).
Anticiper les protections (point de renvoie au départ du relais), préparer son matériel au pied de la longueur en conséquence, l'organiser chronologiquement sur son porte matériel). Les pitons/coinceurs ne vous seront utiles que s'il y a du rocher dans la longueur ! !

LES GESTES TECHNIQUES

-Piolets
Position de l'avant-bras, le geste de frappe
Les piolets sont écartés de 40 cm max de la largeur des épaules
Les piolets sont plantés dans l'axe du corps entre l'axe des jambes pour un bon équilibre.

-Le geste : fermeté et précision dans le poignet. Au moment de la frappe, il faut lâcher le coup (imaginez que la lame va traverser la glace afin de ne pas retenir votre coup !). Avant de planter, et pour augmenter la précision, il est conseillé de poser la lame à l'endroit choisi. Cela permet une meilleure concentration et une meilleure précision, donc un planté du premier coup.
La main la plus basse possible sur le manche. La position de la main sur le manche est primordial, celle-ci doit être la plus basse possible pour gagner en inertie Imaginez-vous planter un clou en tenant le marteau par son milieu.
L'articulation du poignet doit être rigide sur la plan latéral mais très souple d'avant en arrière. Le piolet doit pouvoir jouer dans le creux de la main pour utiliser son inertie et éviter les crispations fatigantes.
Dans l'armement du bras, la tête du piolet doit à peine dépasser l'arrière des épaules.
La lame doit percuter la glace perpendiculairement et fermement. Comme au tennis, pensez à lâcher le coup. Ne pas le retenir.
Une fois le piolet bien planté la main doit se relâcher sur le manche et même légèrement s'entrouvrir sans lâcher complètement celui-ci. Elle est soit bloquée par l'ergot du bas du manche (pour les adeptes du sans dragonne) soit c'est la dragonne qui tient le grimpeur par le poignet (La dragonne doit être bien serrée dans le creux du poignet). Eviter les gants avec une sangle de serrage autour du poignet. Le système de serrage peut blesser le poignet lorsque l'on est en suspension dans la dragonne.
Pour les crochetages, positionnez la lame avec précision, une fois placée, tirez d'un coup bref mais ferme sur le piolet pour faire mordre les dents de la lame (agressif test !) si tout se passe bien pour le premier piolet envisager tout de même un meilleur ancrage pour le second. L'avant-bras doit être dans le prolongement du manche, éviter que le piolet ne bouge, le gainage du corps joue un rôle principal. Ne pas monter trop haut par rapport à tête du piolet. Il est conseillé de rester toujours en dessous de son piolet.
Lorsque l'on a planté son piolet, s'assurer que l'ancrage est bon, qu'il ne s'est pas formé une assiette autour de la lame (bruit caractéristique). Si c'est le cas, ne pas hésiter à le replanter jusqu'à ce que la lame vibre !

En règle générale, lorsque l'on se redresse sur ses pieds, les mains ne doivent pas être plus hautes que les yeux. Sinon replanter les piolets plus haut. Il faut préférer être toujours en dessous de ses piolets pour éviter qu'ils ne puissent s'arracher. S'il on est plus haut, le blocage bras fléchi devient très dur à tenir et on fatigue très vite. Ne pas tirer trop le manche en arrière.
Désancrage du piolet : Beaucoup de néophytes ont beaucoup de mal à désancrer leurs engins. Souvent l'énervement dû au bras qui gonfle amène une perte de lucidité !
Regardez la forme de la lame. Elle est galbée et crantée en dessous, affûtée sur le dessus.
Pour sortir la lame de la glace, il faut tout d'abord agrandir verticalement le trou en faisant un mouvement forcé du piolet de bas en haut (et non pas latéralement pour ne pas fragiliser la jonction tête , manche, ou risquer de casser la lame). Ramenez la lame au milieu de ce trou agrandi, et par une poussée vers le haut pour plaquer le dessus de la lame sur le haut du trou, on la retire en effectuant un mouvement en arrondi. Les dents inférieures n'étant plus en contact avec la glace, vous récupérez votre engin en douceur et vous économisez votre énergie. Si vous avez tapé trop fort et que ça ne marche pas vous pouvez, avec la paume de la main taper deux ou trois coups fermes sous la tête du piolet et vous répétez la manip ci-dessus.
Certains affûtages de lame peuvent empêcher un bon désancrage, respecter les dents d'origine.

Astuces : Entraînez vous à ne pas taper trop fort et avec précision votre piolet, il tiendra aussi bien et sa récupération sera d'autant plus aisée. Vous risquerez moins de faire tomber des assiettes ou des blocs de glace sur les copains en dessous ! Evitez les trous trop marqués ce sont des pièges à lames !

LE CORPS
En forme de tour Eiffel, les bras dans l'axe des épaules et les jambes écartées. Le dos cambré pour plaquer le bassin à la glace (idem que pour l'escalade). Transfert d'un pied sur l'autre en évitant de tirer sur les bras. Voir les précédentes pédago de Montagnes Mag. Au cas où les ancrages ne soient pas trop bon, éviter de monter trop haut par rapport aux piolets au risque de les voir s'arracher. Vous éviterez les dents cassées, les points de suture ou le vol !

Ce qu'il faut savoir : Ne progresser que lorsque l'on est bien équilibré par rapport à ses points d'appui. Si vous êtes mal équilibré vous aurez du mal à planter votre piolet (énergie dépensée inutilement), si votre piolet est mal planté, vous aurez du mal à bien vous équilibrer. C'est le cercle infernal !
En glace on peut très vite être bien (il suffit souvent de changer un pied de place et tout va mieux) ou au contraire être vite très mal et c'est la panique qui prend le dessus, et on se met à tirer sur des piolets qui ne tiennent pas. . .

LE RYTHME
Si le passage est facile (relatif à la technicité de chacun) on monte un piolet puis le pied du même coté, puis l'autre piolet et l'autre pied. S'il est difficile un piolet puis le deuxième et ensuite les pieds. Les pieds sont souvent au même niveau mais peuvent être décalés en hauteur. Eviter de faire de grands pas. Ne pas rester trop statiques (pénibles pour les mollets), progresser régulièrement en rythme avec sûreté. Ne pas confondre vitesse et précipitation.